L'épanouissement dans l'entreprise
Retour

Levier d'épanouissement pro # 5 : l'autonomie

La plupart des collaborateurs ne demandent qu'à s'impliquer...si on leur en laisse réellement l'opportunité.

Dans une étude menée par Robert Half et Happiness Works, 53% des participants estiment exercer peu voire aucun contrôle sur leur travail.

Pourtant, l’autonomie a un impact considérable sur l’engagement affectif des collaborateurs,  mais aussi sur la performance, la créativité, l’innovation, l’agilité... D’après une enquête du cabinet LRN, favoriser l’autonomie multiplie par cinq les innovations, par neuf la satisfaction client et divise par trois le turnover.  

Favoriser l’autonomie, c’est donner aux collaborateurs un certain contrôle sur leur façon de s’organiser et de gérer leur quotidien pour remplir leur mission et atteindre leurs objectifs. C’est les responsabiliser, en leur permettant de prendre des initiatives, et des décisions.

Laisser aux collaborateurs cette liberté demande bien sûr d’adopter certaines valeurs, notamment un climat de confiance réciproque et un droit à l’erreur.

Quelques pistes pour favoriser l’autonomie des collaborateurs

Donner de la liberté

Permettre un certaine flexibilité dans la gestion de son quotidien, pour que chaque collaborateur puisse coller au mieux à ses besoins, ses modes de fonctionnement, ses rythmes naturels… Inciter les collaborateurs à exprimer ces besoins de façon appropriée afin que les autres puissent en tenir compte autant que possible

La confiance comme principe

Faire confiance aux collaborateurs et leur octroyer un certain contrôle quant au contenu de leur travail : tâches à accomplir, organisation au cours de la journée...

Encourager l'initiative

Favoriser une culture de l’initiative individuelle et collective : encourager les collaborateurs à sortir de leur zone de confort, à prendre des risques calculés pour résoudre des problèmes, à partager leurs idées

Former les managers

Former les managers à l’écoute active, et à ce qu’ils se posent en soutien de leurs équipes plutôt qu’en contrôleur

Doser l'encadrement

Offrir un soutien et accompagnement savamment dosé, en mettant en place des points réguliers avec les managers au cours desquels le rôle du manager est avant tout d’écouter ce que le collaborateur a à partager